Chinese Carnival


Partagez | 
 

 Du virtuel au réel ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



(#) Sujet: Du virtuel au réel ?   Dim 23 Oct - 0:39
Connexion au serveur 117.178.225.xxx...
21.54 ▬ Là ?
Dewei venait de se connecter au chan privé qu'il fréquentait. Il n'y avait qu'une personne de connecté, TK. Et de toutes ces personnes virtuelles qu'il fréquente de loin, Dewei a ses affinités. On ne peut pas le dire sociable, mais Dewei savait entretenir ses contacts et il faisait sans problème la différence entre ceux sur qui il peut compter, et ceux en qui il n'a aucune confiance.
Allumant une cigarette le jeune homme releva légèrement ses lunettes et s'alluma une cigarette dans le même temps qu'il branchait ce qu'il nommait son avale-fumée, un petit appareil qui diffusait une odeur agréable et dispersait un élément dans l'air qui forçait la fumée à s'élever vers le plafond. Bref, un énième gadget donc le brun était friand. Seulement, il aurait bien aimé montrer à TK cette vidéo qu'il avait trouvé sur des occidentaux qui avaient cartographié les intérieurs des établissements de leur région du monde. TK lui aurait d'abord dit que cette info était « chiante et inutile », jusqu'à ce qu'il ne découvrit que leur technique montrait dans le même temps les silhouettes des habitants. En piratant le système, Dewei pouvait s'infiltrer dans n'importe quel bâtiment couvert par le serveur européen et s'amuser à compter combien de personnes étaient en position horizontale.


Sauf qu'il fallait bien le dire : tout seul, cela n'avait plus beaucoup d'intérêt. Alors il resta désabusé un instant, avant de se mettre en absent. Lui, au moins, avait cette considération pour ceux qui étaient en ligne avec lui.
BlackOut est absent.
Bon et maintenant qu'il avait fait ça, il n'avait pas spécialement envie ni de travailler, ni de jouer. Finalement, c'était peut-être en effet du social qui lui fallait pour ce soir. Il observa son smartphone, pas de message, simplement Sun, son assistant personnel, qui venait de lui envoyer une nouvelle blague. Hm. C'était ça, il préférait tout de même avoir des interactions moins mornes.

Dewei prit sa décision, il allait donc sortir, mais pour cela, il se devait d'être propre et sa dernière douche remontait à moins de six heures et c'était déjà un exploit pour lui. Cela faisait quelques années déjà qu'il essayait de combattre cette maladie, mais il n'arrivait pas vraiment à se rassurer. Le brun avait toujours cette idée que s'il ne restait pas propre, il pourrait tomber malade. Alors il faisait en sorte d'être toujours parfait. Sachant qu'il allait sortir, il prit un soin particulier à choisir ses vêtements, après s'être désinfecté les mains et les avant-bras.

Quelques temps plus tard, après s'être séché les cheveux des racines aux pointes, s'être habillé avec soin et s'être assuré de nombreuses fois que tout était propre autour de lui avant de sortir. Il posa un mouchoir propre sur sa poignée de porte pour tirer dessus avant de la fermer à clefs. Il y avait certains objets qu'il se refusait de toucher, et cette poignée en faisait partie, il voyait bien qui il pouvait avoir comme voisins et il était hors de question qu'il eût le moindre rapport avec eux.
Et une fois la porte fermée, tout était de savoir où aller et le choix se fit assez rapidement. Dewei ne voulait pas fréquenter un nouvel endroit ce soir. Il avait besoin de faire partie des habitués et d'être reconnu. Il n'y avait rien de plus désagréable que de subir le regard des autres quand il n'était pas teinté de cette impression de déjà vu. Il savait que pour beaucoup il était surtout un compte en banque ambulant, mais si cela pouvait l'aider à obtenir des services, c'était loin d'être un problème à son sens.

Comme prévu, il entra dans l'arène et fut salué par plusieurs personnes dès le départ. Trouvant un siège libre au comptoir – qu'il s'empressa de désinfecter d'un coup de lingette -, il salua la barmaid qui lui apporta rapidement un cocktail maison à son goût. Il apprécia de la voir prendre tous les soins pour lui, nettoyant le comptoir devant lui, ainsi que le verre avant de le servir. Voilà, c'était exactement ce qu'il recherchait, une personne pour lui parler et le servir sans qu'il eût besoin de demander : l'adresse le connaissait.
« Bonsoir M. Fu, ravie de vous revoir.
- Merci Jia. Toujours aussi serviable.
- Haha, mais c'est mon travail aussi. Oh, excusez-moi. » Et voilà qu'elle repartait aussitôt, accaparée par un client plus bruyant. Enfin, elle reviendrait. Dewei sortit son smartphone et nota sa consommation auprès de son assistant, Sun. Il ne pouvait pas s'empêcher de noter tout ça, au cas où il développât une quelconque réaction par la suite, il se devait d'identifier les ingrédients. La composition du Redvelvet était heureusement déjà connue de Sun, ce qui permettrait à l'assistant virtuel de remplir ses statistiques rapidement.
Le jeune homme rangea son smartphone et but à la paille dans son cocktail, se demandant si une connaissance allait bientôt l'accaparer ou s'il devrait se contenter d'une Jia peu présente.
Revenir en haut Aller en bas
08/10/2016225
avatar

icon : Inscrit(e) le : 08/10/2016Messages : 22messages rp : 5
08/10/2016225

(#) Sujet: Re: Du virtuel au réel ?   Dim 23 Oct - 13:28
God doesn’t love me
Et dès que la lumière avait glissé hors de portée, hors du sinistre appartement, il s'était enfuit. Sur le chemin avait traîné ses pieds, avait traîné le bout de ses lacets qu'il n'avait daigné de nouer jusqu'à ce que la chute ne pointe le bout de son nez. Et là dans l'obscurité naissante au bout de la rue, il s'était vaguement rappelé les fenêtres encore ouvertes, non pas de son appartement, de peur que l'air n'enveloppe sa chair, mais bien de son ordinateur comme si cela n'avait été qu'une formalité. Alors, la forme sombre n'avait eu qu'une chaste pensée pour la personne qui finirait par payer l'étourderie, lui en somme. Cependant, la frustration courant son cœur avait eu raison du reste et il avait fini par se mouvoir en direction du mal flirtant avec les insignes fluorescentes appelant sa figure chaque soir. Alors, Ti-Khuan laissa doucement le réel reprendre sa conscience, poussé encore et encore par cette rage naissante. Depuis combien de temps n'avait-il pas touché à sa propre consommation ? Et là, caché dans les pans de sa veste se logeait l'or qu'il aurait aimé faire fondre sur le bout de sa langue. L'idée effleura son esprit, lui susurra quelques mots bleus avant que ne scintillent là, dans le coin de son regard, les lumières dansantes aux fenêtres du Temple du Soleil. La vision de ce patron lui adressant ce sourire emplit de calamité prit place à côté de la défaillance de son esprit. Il n'y avait sans doute rien de mieux que de le voir se perdre ici et là sans qu'aucune vérité ne sorte de ses lèvres pincées. Il n'y avait sans doute rien de mieux que de savoir les secrets se voulant pudiques de ce même établissement. Il avait poussé la porte, il avait laissé son ombre friser le parquet sans un mot. Le brouhaha avait pris place dans son esprit, la pâle lueur émise par les néons charmants Ti-Khuan. Il était cependant encore trop tôt pour que ses habitués à lui ne viennent le chercher, n'essaye de deviner où il avait encore mis les pieds. Pourtant, les habitués d'ici s'entrelaçait déjà au bar, essuyait encore ce qui avait perlé de leurs verres, de leurs bouches. Il reconnu les attitudes de certains et ensuite la répétition maligne des gestes d'un autre. Celle-là semblable au patron du Soleil, celle là semblable à n'importe qui régnant la nuit. Un simple signe amusant encore les états de Ti-Khuan.
Alors, il se jeta à ses côtés. La silhouette à laquelle il était habitué se mua en une chose nouvelle, en un plan qu'il n'aurait sans doute jamais vu d'aussi près si ses envies ne l'y avait poussé. Mais il n'obtiendrait rien de l'homme se tenant ici comme s'il s'agissait d'une erreur trop bien calculée. Il fit tourner dans ses doigts le verre qui glissa jusqu'à lui dans l'humidité du comptoir. En jaillirent quelques reflets cristallins qui finirent par s'estomper dans les nébulosités de l'endroit reprenant ses droits. Un sourire effilé étendit ses lèvres.

« C'est les gens comme toi qui se font prendre en premier. »


Il s'estompa aussi vite que le reste, brisé par une gorgée d'un liquide commandé sans même savoir ce qu'il aurait pu être. Et déjà Ti-Khuan se demanda s'il pouvait lui rester là ne serait-ce qu'un peu de tabac, pour faire passer raisonnablement l'envie de toucher à ce qui n'attendait que d'autres organismes à empoissonner. Il fit claquer sa langue par pur agacement, oubliant déjà ce qu'il faisait là, à côté d'une personne qui ne ferait qu'échanger un mot avec lui, sans d'autres formes de profits à gagner. Alors, il mit les doigts sur ce qu'il cherchait et se retourna brusquement comme pour clore une discussion dont il n'avait pas laissé le temps de naitre.

«  Mais j'suis sûr que même toi tu trouverais ça bien trop chiant de se faire prendre à côté de tout ses alcoolos. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité



(#) Sujet: Re: Du virtuel au réel ?   Dim 23 Oct - 16:12
Au Temple du Soleil, les clients avaient tous leurs habitudes, les petits nouveaux étaient tout de suite repérés. D'ailleurs, sans être un endroit très sélectif, cela ne faisait pas toujours bon genre d'arriver ici sans entrées, mais certains essayaient régulièrement, avec parfois un succès particulier. Sans être du genre à juger, Dewei trouvait toujours que quelques personnes avaient un bagout certain qu'il dédaignait parfois. Ce n'était pas de la jalousie, simplement l'impression que certaines personnes n'avaient rien à faire ici et pourtant s'y invitaient comme s'ils avaient une légitimité...
Dewei restait au comptoir, commençant à s'ennuyer ferme. Enfin, il espérait que l'alcool lui ferait un peu d'effet, même s'il n'appréciait pas de perdre le contrôle, il aimait se perdre un peu dans ses pensées, voire se permettre d'aborder les gens qu'il ne cherchait pas en temps normal.
Et au moment où il pensait que la soirée allait être longue, c'est un jeune homme à ses côtés qui soufflait des paroles presque incompréhensibles pour son oreille. Se faire prendre, c'était bien une des choses qui ne lui était jamais arrivé et qui ne pourrait jamais se passer, pas avec quelqu'un comme lui. Dewei arbora un visage un peu circonspect, observant cet étranger qui n'en était pas tant un. Il l'identifiait sans problème, c'était aussi un de ces habitués. C'était ce qui avait amené Dewei à l'écouter sans l'envoyer paître à la première occasion. Au contraire, il voyait plus cela comme une information à prendre en compte. Le brun jeta des regards à droite et gauche, pour le moment, il n'y avait rien d'étrange dans le bar pour le moment, tout fonctionnait comme d'habitude, mais quelque chose avait pu lui échapper – ce qui le frustrait d'avance, normalement, rien ne lui échappait. Et alors qu'il se posait des questions, voilà que le jeune homme lui reparlait, comme pour lui donner un dernier avertissement, en tout cas, c'était ainsi que Dewei l'avait pris.
« Et toi, dans tout ça, tu ne risques rien je suppose ? » Il le mettait au défi, tout en l'observant. Il sortit machinalement un paquet de cigarettes de sa poche et le posa sur la partie du comptoir qui avait été nettoyée. Dewei pouvait se permettre de distribuer du tabac à qui voulait, mais il n'était pas question que son paquet touche des germes diverses.  Il jeta un regard appuyé à son vis-à-vis. « Et t'aurais un plan pour aller dans un meilleur endroit ? » Après tout, le brun était prêt à explorer d'autres endroits aussi accueillants que celui-ci. Dans l'idée, cela ne l'aurait pas dérangé de finir le soirée avec une escort à l'étage, mais si ce mec avait des infos sur une éventuelle descente dans le coin, il ne voulait pas avoir d'ennuis avec la mafia. D'autant que jusque là il avait réussi à passer incognito dans ses activités de hacker, alors ce n'était quand même pas pour se faire prendre IRL.
Il n'avait pas prévu ça dans son programme de vie, jetant un œil à son smartphone, il demanda à son assistant s'il y avait des perturbations sur son serveur – comme si l'un pouvait réellement avoir une incidence avec l'autre, Dewei avait tendance à psychoter rapidement – et constata qu'évidemment il n'y avait rien de particulier à signaler. Bon, il n'avait plus qu'à se reposer sur cet individu pour savoir s'il était temps d'agir où s'il pouvait continuer sa soirée sans se soucier de ces dires.
Revenir en haut Aller en bas
08/10/2016225
avatar

icon : Inscrit(e) le : 08/10/2016Messages : 22messages rp : 5
08/10/2016225

(#) Sujet: Re: Du virtuel au réel ?   Mer 26 Oct - 11:24
I have a lot to get off my chest
Le patron sans doute l'aurait-il flanqué à la porte, l'aurait-il sans doute pris par le col pour espérer se débarrasser de l'individu qui colportait ce genre d'informations à qui voulait l'entendre. Mais, Yi Jie avait sans doute bien d'autres chats à fouetter, bien d'autres affaires à régler qui ne l'aurait laissé voir un simple Ti-Khuan sans grand attraits. Et cela suffit à faire naitre un vague sourire sur les lèvres de l'homme. Aussi à l'apparition du second paquet, il se contenta de prendre une de ses propres cigarettes. Il n'avait jamais possédé que ce mauvais tabac, ceux des apprentis fumeurs, des faux bandits se baladant avec au coin des rues croyants appâter la belle. Cela était seulement dû aux goûts bien plus exotique de Ti-Khuan : fumer ce genre de futilité était aussi rare que de tomber en panne d'un autre je-sais-quoi à ingurgiter. Il laissa simplement sa main trembler jusqu'à sa bouche, sa main dévoiler les faiblesses de son esprit embué avant d'injecter encore cette même cigarette une fois le gout ayant atteint sa langue. Elle ne fut simplement pas allumée, se contenter d'injurier l'objet comme s'il fut responsable de ses propres tourments. Enfin, Ti-khuan se contenta de revenir à lui face à la dernière question, comme si elle était une évidence. Ses lunettes en plastique rouges furent remises là, proche de ses yeux dans un sourire innocent, laissant oublier ses propres absences.

« Pourquoi ? Ce n'est pas un bon endroit pour toi ? »

Il retoucha encore à son verre, formalité excessive. Il retoucha encore à sa propre veste, tâtant son trésor encore bien caché. Il ne tarderait sans doute pas à aller travailler. Oh, il se devait de le faire pour abandonner ce revendeur actuel. Il ne l'avait jamais aimé. Qui avait-il seulement aimé ? Les gens qu'ils croisaient ici et là se laissaient si facilement distraire. Les gens ici et là se laissaient effrayer par de simples prostituées dans un bordel. Et lui aussi, commençait à s'agiter pour si peu.

« Mais j'ai toujours des plans pour aller dans des meilleurs endroits.  Sans bouger de place.»

De sa gorge fut propulsé un semblant de ricanement, un de ceux-là annonçant la simple crasse s'entassant du fond de ses entrailles. Alors, Ti-Khuan se contenta simplement de s'abaisser sur ce comptoir, de regarder le paquet qu'on avait posé là comme pour lui laisser une échappatoire. Et il y aurait sans doute touché, si on ne l'avait pas placé dans le seul recoin miroitant du meuble en si mauvais état. Ses doigts n'effleurèrent alors que son propre reflet, tapotant une ou deux fois la surface avant qu'il ne se redresse dans un bond.

« Mais il paraît que c'est pire que les alcoolos. »

Il en était témoin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



(#) Sujet: Re: Du virtuel au réel ?   Mer 26 Oct - 16:30
Et voilà, la seule personne à lui avoir adressé la parole en dehors de la barmaid était un hurluberlu. Pour le moment, ce n'était pas pour lui déplaire, après tout, il avait l'habitude des personnes un peu étranges, il y en avait qui gravitaient autour de lui depuis un moment. Cela lui faisait toujours de la compagnie et dans ce genre de soirée, cela lui faisait du bien de se confronter à ces réalités, il ne pouvait pas le nier. Le jeune homme ne pouvait pas s'empêcher d'écouter ces personnes qui lui semblait hors du temps. Sûrement était-ce parce qu'il était lui-même extrêmement rationnel et qu'il ne cherchait pas à appartenir à un monde étranger, mais bel et bien maîtriser le monde dans lequel il évoluait, avec ses principes qu'il appréciait puisqu'ils permettaient d'avoir une vision claire de l'avenir. Et l'avenir lui semblait plutôt sombre dans un monde où il n'y avait en somme que des individus qui subissaient le monde sans le mettre en perspective, comme s'ils préféraient se laisser porter sans rien remettre en cause. Dewei pouvait être apparenté à ceux-là en apparence, même s'il cherchait toujours à trouver la vérité au fond des choses et peu importait le mal que cela pouvait lui apporter. « Ce n'est pas un de mes endroits préférés, non, mais ça peut permettre l'amusement. » Il parlait là de cet étranger qui était venu l'aborder sans raison apparente. Ce genre de moments arrivait assez souvent et si son intervention première l'avait inquiété, il voyait bien plusieurs manières de s'en tirer, alors il pouvait sans problème continuer à l'écouter, voir ce qu'il cachait derrière son regard légèrement distant et pourtant si intrigant.
Malheureusement, Dewei avait compris de l'endroit dont il parlait et celui-ci n'avait rien de glorieux. Si le brun n'avait rien contre les entassements de corps, imaginer le nombre de maladies qui pouvaient se propager dans un tel endroit lui donnait des frissons. Incapable de se retenir, le jeune homme sortit de sa poche son gel désinfectant et entreprit de se le passer sur les mains et avant-bras. « Ça ira, dit-il avec dégoût, je ne compte pas aller dans ce genre d'endroits, je tiens à ma santé. » Et surtout, il n'arrivait pas à voir autrement ce qui se passait dans ces pièces, pour lui ce n'était qu'un ensemble de germes qui se mêlaient entre eux, de quoi lui donner envie de rendre.
« C'est sûr que c'est pire... Je peux pas aller dans ces endroits-là. Je comprends même pas que cela puisse plaire en fait. » Il n'avait rien contre la sexualité débridée, il était habitué à observer des mouvements de corps, il appréciait même souvent la compagnie d'une personne – à l'hygiène impeccable – pour atteindre le domaine des plaisirs. Prenant une gorgée de son cocktail, Dewei se tourna vers son interlocuteur, il avait l'air bien au courant de ce qui se passait ici, tout de même.
« Tu travailles pour eux ? C'est pas la première fois que je te vois ici, mais je te pensais plus client serveur. » Dewei n'était pas sans ignorer que l'établissement appartenait à la Triade, mais il savait aussi qu'il valait toujours mieux feindre l'ignorance pour ne pas s'attirer des problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
08/10/2016225
avatar

icon : Inscrit(e) le : 08/10/2016Messages : 22messages rp : 5
08/10/2016225

(#) Sujet: Re: Du virtuel au réel ?   Jeu 10 Nov - 20:48
No need for a confession
Parviennent à ses oreilles les sons des basses berçant l'égo périssant des clients adossés ici et là. Fâne sur le bout de ses lèvres l'unique créance qu'il y eut pu exister. Ti-Khuan déçu de voir sa proposition s'évaporer dans un bref nuance de fumée qu'il n'aurait pu inhaler. Sa langue repasse alors sur ces restes de repentirs, pour essayer de pouvoir gouter au moins à la saveur de ces mots passés. Il ne sait que la requête même n'a été comprise. Non, Ti-Khuan se contentant de laisser pousser un soupir comme une si belle rose du fond de sa gorge. Doucement encore il laisse les épines le frôler.

« Ouai. Tu vas te t'avilir sans même savoir pourquoi. »

Chuchotés, marmonnés entre deux échos, deux notes s'élevant dans l'air, ne furent sans doute entendus ces mots à l'adresse du corps devant lui, sans bien même qu'il ne s'adresse à son propriétaire. Là était les moments de Ti-Khuan. Là naissait les pulsions cruelles et sans grand sens de son cœur perdu entre deux crises, de son esprit se noyant dans les dernières gouttes d'alcool luisant sur le bout de Crystal entre ses doigts tremblants. Nouveau sourire. Nouvel habit pour se substituer encore à l'ombre de son langage glissant dans cette si délicieuse vulgarité. Il n'était inspiré ce soir. Et il se serait laissé aller à chaque nouveau client ou en serait devenu un lui-même s'il avait eu ne serait-ce que l'envie. Mais elle n'existait entre ses mains. Alors, il se contenta simplement de répondre à la question miroitant entre deux corps adossés ici et là.

«  Serveur ? Je vends moins liquide, prend tout autant de liquide et ne travaille pour eux que pour remplir le verre. Et on dirait plus que je travaille pour le plaisir de la petite plantation. »

Et déjà il lui manque en bouche bien plus qu'un peu de respiration évaporée dans de simples sons. Ha, déjà la faible lumière de son écran faisant plisser ses yeux lui manque, les bulles défilant de ses comics l'appellent encore pour être lues et il se demande encore si les lumières de la salle de bain ont été éteintes après son départ. Il n'a de temps à perdre et pourtant il laisse encore les aiguilles avancer sur la surface plane de l'horloge au coin de sa vision. Rien à signaler ce soir, la routine prendre la-dessus, sans aucun doute.

« Ouai, c'est ce qu'on dirait. Et toi que dirais-tu de ta propre personne ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



(#) Sujet: Re: Du virtuel au réel ?   
Revenir en haut Aller en bas
 
Du virtuel au réel ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tour du monde virtuel
» Quand on s'aime, même en virtuel
» Un jeu vidéo pour devenir chirurgien... virtuel...
» Résultat d'un sondage virtuel des 100 jours de Martelly
» ForumHaiti doit demeurer un espace virtuel pour parler d'Haiti.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chinese Carnival :: 上海 — Shanghai :: Les lanternes rouges :: Le Temple du Soleil-
Sauter vers: